Ressources en gestion de projet artistique, entrée #3 : Le sociofinancement, financement de son art par sa communauté

Ressources en gestion de projet artistique, entrée #3 : Le sociofinancement, financement de son art par sa communauté

Avant le sociofinancement : la souscription
Au 19e siècle, des éditeurs canadien-français ont pratiqué la souscription, en proposant à leurs lecteurs de préfinancer l’impression de leurs publications. Les lecteurs envoyaient argent et commande de livre à l’éditeur, qui lui attendait d’avoir amassé une somme suffisante pour couvrir les frais d’une publication, avant de l’imprimer et de la distribuer.

Le sociofinancement
Au 21e siècle, les avancées d’Internet permettent désormais aux porteurs de projets de création de recourir au sociofinancement – terme dérivé de l’anglais Crowdfunding -, une forme de souscription en ligne.

Pourquoi le sociofinancement?
Via cette pratique, les créateurs peuvent proposer à leur entourage et à leur public de contribuer financièrement à la réalisation d’un projet, et ce, avant qu’il soit lancé ou complètement réalisé.

Par exemple, il est possible d’amasser un montant (un chiffre au hasard : 2 000$) pour couvrir les frais de production d’un petit spectacle de cirque, de danse ou de théâtre, pour la réalisation d’une exposition en arts visuels, la production d’un court métrage ou d’un disque de musique, la publication d’un livre ou tout autre projet de création de votre cru.

Qu’est-ce qu’on retrouve dans une campagne de sociofinancement?
Une campagne de sociofinancement comprend les éléments suivants :

  • 1. Une présentation textuelle (qu’est-ce que je veux faire comme projet?) et visuelle (dessins, photos, vidéos) de votre projet de recherche, de création, de production ou de diffusion. Exemple : « Hymne à la polka jazz sur fond de poésie performée », mon premier démo de musique & de littérature orale, avec 3 chansons, de style polka, jazz et poésie performée, etc.
  • 2. Le montant à atteindre (objectif) : j’ai besoin de 1 500$ pour réaliser mon démo, voici pourquoi (présentation de revenus et des dépenses prévus).
  • 3. Les contreparties : ce que vous allez donner aux gens qui vont contribuer à votre campagne de sociofinancement. Par exemple :
    5$ – Un gros MERCI par courriel et, en personne, un bec sur la joue
    10$ – Envoi des MP3 par courriel
    20$ – Un beau CD de 3 chansons + les MP3 par courriel
    50$ – Tout ce qui vient avant + un billet pour mon spectacle
    250$ – Tout ça et je viens jouer chez vous dans le cadre d’un spectacle privé.
  • 4. Le temps alloué à la campagne de financement, par exemple : 45 jours, du 1er mai 2013 au 15 juin 2013.
  • 5. Une présentation du porteur de projet : qui êtes-vous? Quelles sont vos réalisations? Peut-on compter sur vous pour mener à bien le projet et nous transmettre les contreparties attendues?

Quitte ou… rien!
Dans plusieurs cas, les outils de sociofinancement proposent un pari aussi risqué que stimulant : soit vous atteignez ou même dépassez votre objectif, soit vous échouez votre campagne.

  • Si vous atteignez votre objectif, l’outil web que vous utilisez vous demande 10% (ou moins) de frais, en comptant les frais demandés par des intermédiaires de paiement tels que PayPal.
  • Si vous n’atteignez pas votre objectif, rien ne se passe. Le projet ferme et personne n’a rien à payer. Ce n’est pas si mal, mais c’est sûr que ça peut blesser l’égo.

Certains outils permettent toutefois (Indiegogo par exemple), en cas d’échec, de garder le montant amassé, en échange de frais de services plus élevés.

Quels sont les avantages de mener une campagne de sociofinancement?
Les avantages de mener une campagne de sociofinancement sont multiples :

  • 1. Promotion et construction de clientèle : en plus de récolter des soutiens financiers, vous faites la promotion de votre art et de vos oeuvres auprès de votre réseau – amis, connaissances, famille, admirateurs (mélomanes, cinéphiles, lecteurs). Vous bâtissez ainsi votre clientèle… avant même que votre oeuvre soit lancée.
  • 2. Pas de demande de subvention à faire ou de rapport à produire : comme le sociofinancement est une pratique privée, vous vous épargnez l’étape de la demande de subvention (fonds public) et du rapport de fin de projet qui vient avec. Par contre, vous devez quand même décrire votre projet et bien l’articuler afin de le vendre à votre entourage et à votre public.
  • 3. Accès rapide à du financement : Une campagne de financement dure environ 45-50 jours. En deux mois, vous pouvez avoir accumulé le financement nécessaire à votre projet, en plus d’avoir bâti votre clientèle de base.

Quels sont les désavantages de mener une campagne de sociofinancement?
Les désavantages de mener une campagne de sociofinancement existent :

  • 1. L’échec est possible : Vous pouvez échouer et décider de remettre en question votre projet. Toutefois, ça ne vous a rien coûté – en terme financiers – d’essayer.
  • 2. Financement en fonction de votre réseau :  Si votre clientèle ainsi que votre réseau d’amis, de connaissances, de membres de votre famille est petit, il sera difficile d’amasser de très gros montants. Ainsi, il est préférable de commencer par une plus petite campagne (500$-750$) pour bâtir son réseau d’acheteurs petit à petit.
  • 3. Pratique récente : Le sociofinancement web est encore très jeune et méconnu. Plusieurs personnes de votre entourage pourraient s’en méfier. Il vous incombe alors de les rassurer et, parfois, de leur offrir des moyens alternatifs de contribuer – via argent comptant ou chèque, en allant visiter votre contributeurs en personne, en organisant des événements de financement sur le terrain auxquels ils peuvent participer (enchère de produits, performances musicales à la pièce ($), vente de garage) ou en leur donnant votre adresse postale.

Quels outils puis-je utiliser?

Voici quelques outils de sociofinancement accessibles* :

  • Ecloïd – basé à Gatineau, au Québec
  • Haricot – basé à Montréal, au Québec
  • Indiegogo – basé aux États-Unis
  • KissKissBankBank – basé en France
  • PledgeMusic (musique seulement) – basé au Royaume-Uni
  • Sellaband (musique seulement; fonctionnement différent) – basé en Allemagne
  • Touscoprod (cinéma seulement) – basé en France
  • Ulule – basé en France

* Le plus célèbre de tous les outils de sociofinancement, Kickstarter, est réservé aux américains.

Je songe à démarrer une campagne de sociofinancement, mais je ne sais pas par quoi commencer.
Si vous avez des questions à ce sujet, contactez-moi :
Guillaume Houle
Agent de développement
Conseil de la culture de l’Estrie