Concours : un point de départ pour structurer sa pratique artistique

Concours : un point de départ pour structurer sa pratique artistique

Les concours, qu’il s’agisse d’activités de création thématiques, d’appels de projets, de demandes de bourses, de résidences d’artistes ou d’autres formes de collaboration balisées par des critères, peuvent sembler à première vue ardus, arides ou carrément rebutants.

Un artiste qui peint, qui chante, qui danse ou même qui écrit de la fiction doit-il suspendre un instant sa création pour parler de son art, de sa démarche artistique, de son plan de travail, de ses échéanciers, de son budget de projet? Doit-il s’astreindre à répondre à des critères et à des contraintes qui semblent, à première vue, étrangères à son art?

« Voyons donc, c’est ridicule, je suis un artiste! » est souvent la réponse que les clichés et les mythes véhiculés sur le système de l’art nous inspirent.

La réalité est tout autre.

Artiste = entrepreneur
Tous les entrepreneurs – qu’ils soient spécialisés en construction, en dentisterie, dans le commerce de détail ou dans tout autre domaine – doivent faire face à ce type de défi, à cette charge de travail. Expliquer leur projet sur papier, monter des colonnes de chiffres de revenus et de dépenses, vendre leurs idées à des partenaires. Examiner des demandes de l’externe qui peuvent parfois sembler extravagantes ou pour lesquelles leur expérience n’a pas encore été éprouvée.

Que vous le vouliez ou non, l’artiste est aussi un entrepreneur. Il offre des créations – uniques ou non – ou des services à une clientèle, à un lectorat, à un public. Les concours sont une bonne façon de commencer à réfléchir à cet aspect de la carrière artistique : à qui est-ce que je veux m’adresser?

Bien s’entourer pour réussir
À priori, sans pratique ou expérience de la chose, ça peut nous sembler ardu que de participer à des concours qui exigent un minimum de documentation et de planification écrite. C’est pourtant la meilleure façon de réaliser que l’artiste-entrepreneur doit travailler avec une équipe de collaborateurs.

L’artiste qui s’entoure d’une équipe pour le conseiller et l’aider dans ses démarches – peu importe qu’il soit peintre ou écrivain, danseur ou guitariste – franchit une première étape dans son cheminement de carrière : il génère un bassin d’énergie et d’enthousiasme autour de son oeuvre et de sa personnalité composé de gens qui peuvent l’aider à définir, stimuler, développer et promouvoir sa création.

Ces gens peuvent aussi conseiller l’artiste dans la rédaction des documents en vue d’un dépôt de candidature ou d’une demande de bourses. Attention toutefois à la tentation de les payer pour qu’ils écrivent vos demandes à votre place : rédiger soi-même ses documents, c’est comme apprendre à bâtir ou à rénover son logis, ça reste en nous pour la vie, c’est une corde de plus à notre arc et, en prime, ça aide à réfléchir sur sa démarche artistique et sur la façon dont on veut promouvoir, diffuser et transmettre notre art au public… et à quel(s) public(s), surtout!

Participer à des concours pour développer son réseau
Par ailleurs, certains concours sont aussi une source de rencontres et d’inspiration incroyables. Les biennales, les colloques, les congrès, les festivals, les résidences d’artiste, les symposiums et les vitrines, entre autres, permettent de croiser à la fois d’autres artistes et travailleurs culturels. Ils sont l’occasion de s’inspirer des meilleures pratiques, d’échanger des informations sur la création, le financement et le diffusion de son art.

C’est aussi là que vous pourrez rencontrer celles et ceux qui permettront de faire progresser votre cheminement de carrière… et je ne parle pas nécessairement d’un agent ou d’un gérant d’artistes! Les artistes et les écrivains professionnels ou de la relève rencontrés sur le chemin des concours peuvent aussi être d’excellents alliés. Qui sait s’ils ne vont pas vous présenter à leur éditeur, diffuseur, maison de disques, producteur, agent ou gérant d’artistes préféré?

Les concours représentent, avec les autres activités de rencontres artistiques, une façon de briser l’isolement et de dépasser le mythe de l’artiste solitaire.

Qu’on se le dise : vous êtes beaucoup plus forts en équipe!

Des appels de projet et des concours, on en trouve plusieurs sur Internet. J’en présente aussi, toutes disciplines confondues, entre 150 et 300 dans le Bulletin CultureEstrie stratégique envoyé chaque mois aux membres du Conseil de la culture de l’Estrie.

Source :
Guillaume Houle
Agent de développement
Conseil de la culture de l’Estrie